Mariama Sonko est agricultrice et organisatrice en Casamance, au Sénégal. Elle est la coordinatrice nationale de  nous sommes la solution , une campagne pour  food sovereignty menée par des femmes rurales en Afrique de l’Ouest.

La petite agriculture paysanne traditionnelle est pratiquée par les femmes. Les femmes sont celles qui sauvent les graines – l’âme de la population paysanne. Il s’agit d’honorer ce que les femmes ont hérité de leurs ancêtres: la conservation des semences dans le cadre de leurs connaissances pour prendre soin de toute la famille et nourrir leurs communautés.

La révolution verte à introduit les OGM en Afrique. Techniciens et chercheurs viennent parler à nos producteurs de l’agriculture de l’extérieur. Ils nous disent que ces variétés modernes de semences [OGM] vont augmenter notre rendement. Nous allons donc produire beaucoup, remplir nos magasins – mais bientôt nous serons malades et dans les cimetières. Ne vaut-il pas mieux grandir moins, bien manger, être en bonne santé, vivre longtemps et faire attention aux générations à venir? Nous rejetons l’agriculture qui pollue avec des produits chimiques, des pesticides, des OGM.

Atteindre nos objectifs est une lutte difficile car nous avons peu de ressources pour lutter contre les multinationales qui ont beaucoup d’argent. Mais le développement en Afrique ne peut pas se faire sur le dos des Africains, et l’Afrique ne peut pas se développer sans regarder vers l’avenir pour les enfants.

Nous Sommes la Solution est une campagne en Afrique de l’Ouest menée par des femmes rurales du Sénégal, du Burkina Faso, du Mali, du Ghana et de Guinée, bien que nous soyons une campagne à la fois des femmes et des hommes. Notre vision est de vraiment promouvoir les savoirs ancestraux et de faire pression sur notre gouvernement pour qu’il prenne au sérieux la préservation de notre agriculture paysanne.

La campagne a trois objectifs. Le premier est l’utilisation et la promotion des savoirs traditionnels transmis de génération en génération, qui soutiennent food sovereignty (nous sommes la solution)et la préservation des semences paysannes. Le deuxième objectif est de restaurer des politiques nationales favorables à l’agriculture paysanne agroécologique. Et le troisième objectif est la promotion de la production agricole africaine.

Les femmes, la terre et l’agriculture

Dans le domaine agricole, le développement est entre les mains des femmes et leur  rôle  est prouvé à maintes reprises. Nous Sommes la Solution sensibilise et prend conscience, clé pour changer la mentalité des gens, de l’importance des femmes dans l’agriculture familiale et la production agricole.

Les femmes sont les principales ouvrières de la terre et la  majorité de la main-d’œuvre  agricole, impliquée dans toutes les étapes de la production agricole: dans les champs,  70% de l’agriculture africaine  est réalisée par des femmes; en conservation, ce sont les femmes qui font des efforts pour conserver les semences indigènes; dans  l’élevage ; dans la transformation des aliments; dans le marketing; en  vendant de la nourriture au niveau local ; et en tant que consommateurs.

En Afrique, on dit que la terre appartient aux hommes en tant que chefs de famille. Si les femmes ne peuvent pas accéder à la terre, n’ont pas le contrôle de cette terre ou ne possèdent pas de terre, il y a un problème. Nous faisons campagne pour que les femmes soient propriétaires de la terre et essayons de sensibiliser les hommes.

Au niveau national au Sénégal, il y a une nouvelle loi en vigueur qui stipule que tous les citoyens ont le droit de posséder des terres. Mais dans la pratique, nous avons toujours la tradition. Ces femmes, dont la plupart sont analphabètes et rurales, sont socialisées pour croire que cette culture de longue date ne peut pas être changée. Notre travail consiste à [les aider] à comprendre qu’elles ont les mêmes droits que les hommes, et que les femmes possédant des terres contribuent au bien-être de la famille et assurent qu’elles sont nourries.

Au niveau local, certaines femmes se sont levées et ont demandé que la terre soit mise à leur nom, et maintenant elles sont propriétaires foncières. Les associations de femmes ont acquis des blocs de terre allant jusqu’à un ou deux hectares, mais franchement, elles ne peuvent pas produire grand-chose avec cela. Pour développer l’agriculture, nous devons cultiver de plus grandes parcelles ou installer l’irrigation, mais cela n’est pas autorisé car les femmes n’ont pas leur mot à dire dans l’utilisation des terres. Il y a des terres vides disponibles et il n’y a pas assez d’hommes pour tout travailler, mais ils ne veulent pas les céder aux femmes. L’effort de sensibilisation et de plaidoyer se poursuit donc.

nous sommes la solution

«Mariama Sonko, extrême droite, avec une organisation de femmes agricultrices. Photo gracieuseté de Fahamu.»

Agroécologie, semences sacrées et souveraineté alimentaire

Les organisations de femmes paysannes dirigent le mouvement pour la souveraineté semencière et alimentaire. Nous devons manger ce que nous produisons et produire ce que nous mangeons.

L’agroécologie protège tous les êtres vivants et traite la nature comme sacrée. Nos graines sont anciennes et chacune est liée à un certain endroit. La pratique traditionnelle de la sélection des semences préserve l’environnement et soutient la biodiversité, tout en utilisant nos ressources qui sont abordables et accessibles. Ces graines n’ont besoin d’aucune modification.

Nous constatons de nouvelles maladies dues au régime alimentaire provenant de tout ce qui est importé et à la sous-estimation de la valeur des plats traditionnels de céréales et de légumes.

Bien que beaucoup se soient tournés vers l’agriculture chimique, notre mouvement a identifié plusieurs pratiques traditionnelles que nous partageons avec nos sœurs et frères. Nous Sommes la Solution organise des ateliers, des forums et des émissions de radio communautaire pour faire passer notre message au niveau populaire et rural et informer la base sur les avantages de l’agriculture traditionnelle agroécologique ou paysanne.

En Casamance [une région du Sénégal], Nous Sommes la Solution a mis en place une plateforme de 100 associations de base. Nous avons maintenant un champ agricole modèle et un magasin pour la commercialisation de nos produits agricoles familiaux provenant de divers types de production et de culture à l’outillage manuel. Le magasin est là pour nous aider à promouvoir les produits écologiques fabriqués par des femmes. Nous essayons également d’organiser un forum sur la consommation locale.

Dans l’ensemble, les femmes assument des rôles de leadership dans les pays dans lesquels Nous Sommes la Solution est actif, promouvant l’agro-écologie et la souveraineté semencière et alimentaire comme le seul système viable à long terme. De cette façon, nous pouvons avoir une vie saine et protéger l’environnement.

D’après un entretien avec Mariama Sonko
En Savoir plus sur : La souveraineté alimentaire nous sommes la solution